Les études de médecine vétérinaire : Le chemin vers la pratique

22. June 2022 — von VetLounge

Les études de médecine vétérinaire sont tristement célèbres pour l'ampleur de leur matière, ainsi que pour les opportunités et les défis qui y sont liés. Dans cet entretien, qui peut également être écouté dans notre podcast, Feline parle de son expérience en tant qu'étudiante en médecine vétérinaire, des sources de motivation et du manque de considération.

Comment es-tu venu aux études de médecine vétérinaire et quelle était ta motivation personnelle ?

J'ai toujours voulu faire des études de médecine vétérinaire. Comme beaucoup de filles, j'en avais envie depuis le jardin d'enfants. De temps en temps, j'ai aussi pensé à la médecine humaine, mais en fait, j'ai toujours voulu travailler avec les animaux et les études ont donc été parfaites.

Maintenant, tu es déjà en train de préparer ton diplôme. La durée des études vétérinaires varie-t-elle autant entre les étudiants et les étudiantes que dans d'autres disciplines ?

Le cursus est généralement très scolaire. Il est prévu pour onze semestres et on reçoit chaque semestre un emploi du temps.
C'est pourquoi on étudie déjà les onze semestres prévus si on ne répète pas activement une année entière. Il arrive que certains étudiants redoublent, mais la plupart le font pendant la période prévue.

D'après toi, qu'est-ce qui est le plus important pour réussir ses études ?

La chose la plus importante en médecine vétérinaire est de s'intéresser à la discipline. Comme les études demandent beaucoup de travail et qu'il faut apprendre beaucoup de choses par cœur, il faut avoir un intérêt de base prononcé. Ce sont des études faciles à suivre et qui apportent beaucoup de plaisir si l'on trouve les contenus passionnants. Mais cela peut vite devenir difficile s'il manque cette curiosité fondamentale pour la matière.

Les exigences des études correspondent-elles à ce dont on a vraiment besoin plus tard dans la pratique vétérinaire ?

Les études sont extrêmement diversifiées, ce qui n'est pas toujours évident.
Il faut donc apprendre beaucoup de choses, même si l'on ne travaille plus tard que dans un petit domaine de la médecine vétérinaire. Il est donc parfois difficile de filtrer ce qui est vraiment pertinent. Les choses ont certes évolué ces dernières années, mais le volume de ce qu'il faut apprendre par cœur reste très important.

Cela semble stressant. L'image des étudiants fêtards et paresseux semble donc dépassée. Comment peut-on tenir le coup ?

Oui, absolument, il y a déjà beaucoup à faire. C'est justement pour cela qu'il est important d'avoir un équilibre. On ne peut pas rester assis chez soi toute la journée à étudier.
Et penser que l'on fait tout cela pour être vétérinaire plus tard, cela aide aussi. En outre, dans cette situation, on a le droit de s'énerver à cause de la quantité de choses à apprendre - cela peut aussi aider un peu.

### Mais qu'est-ce qui peut encore vous énerver quand vous étudiez la médecine vétérinaire ?

L'un des problèmes est certainement le manque de reconnaissance sociale de cette discipline. Dans des filières comparables comme le droit ou la médecine humaine, on valorise plutôt la quantité de travail que représentent les études. C'est précisément pour cette raison que la motivation et l'intérêt pour la médecine vétérinaire et les animaux sont décisifs : il faut vraiment en avoir envie.

### As-tu des suggestions sur la manière dont les études pourraient être réorganisées afin de réduire la charge de travail ?

Ce n'est pas si facile. Il y a tout simplement beaucoup de matières et de disciplines à intégrer dans ces onze semestres d'études. Si cela était allégé, les études seraient nettement plus longues. Une approche judicieuse consisterait à intégrer davantage de pratique dès le début. Les deux premières années, les études sont très théoriques, il s'agit exclusivement de chimie, de physique, de biochimie, etc. Je pense que ce serait plus varié si les approches pratiques, plus proches de l'animal, étaient intégrées plus tôt.

Que conseillerais-tu aux autres étudiants ou aux personnes intéressées ?

Dans tous les cas, je conseillerais de trouver un petit boulot où l'on travaille déjà pratiquement sur les animaux. J'ai travaillé en tant qu'étudiant auxiliaire dans une clinique universitaire et j'en ai profité. J'ai pu y appliquer mes connaissances théoriques et avoir une idée de ce à quoi cela ressemble dans la pratique et de ce qui est vraiment important. C'est très amusant et on se souvient pourquoi on acquiert toutes ces connaissances théoriques.